Se pa fot mwen

Thursday, April 27, 2006

Bye bye Sirop


Cette fois c'est bien finit. Termine les ballades a dos de mulet sur mon fidele Sirop a me casser les reins pour aller porter des panneaux solaires au fin fond du pays...
Ayiti cheri, se ou ban'm lavi, mem si m'ap kite ou, toujou w'ap retrouve nan ke'm...
Combien de fois ais je pu entendre cette chanson tout au long de mon sejour haitien?
Il est encore trop tot pour tirer le bilan de cette experience haitienne, qu'elle soit avec la DCC (Delegation Catholique pour la Cooperation), avec Caritas France (vous remarquerez en passant mon petit cote catho...) et enfin avec les Volontaires des Nations Unies.
Trois ans et demie en Haiti. C'est long.
Finalement un chapitre de ma vie est en train de se refermer avec la fin de mon contrat avec les UN (United Nations pour les neophytes).
Et cette question lancinante malgre tout : partira ou partira pas.
Il y a quelques semaines j'en etais a detester ce pays, sa culture, son peuple. Jetter au pilori ce qu'hier encore j'adorais (noter la encore mon vocabulaire tres recherche euhhhh). Cependant a un moment donne il faut savoir dire stop, tourner la page et se tourner vers l'inconnu a la recherche de nouvelles aventures.
Qu'est ce qui pourrait encore me retenir ici?
Pas grand chose a vrai dire si ce n'est la securite d'un emploi, peut etre la perspective d'une carriere au sein de cette grande institution que sont les Nations Unies et poursuivre l'experience sous les cocotiers. Oui mais voila, un job cela se trouve, les Nations Unies ne sont pas aussi Grandes que l'on peut le croire, du moins la MINUSTAH (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti) et les cocotiers j'en ai marre. Vivement le froid, la neige et le ski.
Et puis la famille et les amis me manquent. Mon frere, mon petit neveu Antoine, mes parents et les potes bien sur. En plus les mois de mai-juin en France c'est l'ideal, pas trop de touristes encore et les beaux jours sont la. Aussi je ou nous, allons profiter un peu de la France, ce pays en crise avant d'aller voir chez nos voisins europeens belges, italiens, espagnols et portugais comment se portent mes amis.
Alors oui m'prale. M'pa konen ki kote m'prale men m'senti fo m'ale. Ke'm pral chire men m'pral tounen. Yon le. Yon jou.